Share

quelle est selon vous la tendance actuelle en matière de GPON au niveau distance, taux de couplage, classe de fibre Ou encore, les opérateurs misent-ils sur du GPON à base classB+ uniquement, ou entament-ils déjà le déploiement d’OLT compatibles class C+ car du coup, on peut imaginer des distances NRO-logement plus grandes selon la tendance, avec des débits équivalents et autant de clients Mais peut-être que les CPE ne supportent pas encore le class C+ Bref : une technologie s’impose-t-elle type à base class C+, qui serait généralisée rapidement, ou est-ce trop cher, ou pas encore supporté sur le marché des constructeurs d’OLT/CPE ? Va-t-on vers du couplage 1:128.

En effet, je me suis mal exprimé, il s’agit bien de classe au niveau de l’optique (SFP) de l’équipement (OLT ou ONT), qui joue notamment sur l’atténuation. Rien à voir avec classe de fibre. Cela agit donc sur le budget optique, en GPON, on parle à priori de B+/C/C+, mais justement quelle est la stratégie des opérateurs en la matière ? Cela influence l’architecture GPON, en matière de couplage, de distance NRO/PM/PTO etc..dépend de l’avancement des équipementiers OLT/ONT, mais quid justement ?

FT a déployé de l’Alcatel, maintenant du Huawei (qui pense que c’est moins cher ?). Taux de couplage 1:64 (avec splitters 1:8, 2:2, 1:2, 1:32 selon les versions d’ingénierie déjà diffusées v1 v2-1 v2-2).

Passer en 1:128 pourquoi pas, ça diminue le poste de dépenses OLT, mais il faut aussi voir que ça augmente le risque de congestion sur chaque port. Si le taux de remplissage d’un arbre 1:64 aujourd’hui est estimé insuffisant, pourquoi pas… au pire un arbre peut être réorganisé plus tard s’il venait à être trop rempli, mais ça a un coût aussi. Sauf à faire le premier niveau de couplage au NRO, auquel cas un futur “débranchement” est peut-être facilité (pas d’intervention dans le génie civil…).

gpon saturation

Share

Leave a comment